Si mon introversion te dérange…continue ta route, je suis moi.

Tel une pâte de glaise j’ai été modeler selon la perception du monde. Puis il y a ce jour ou ça casse et ou il faut se reconstruire, revenir à la base.

A travers les années je suis passé par plusieurs moments. Certains étaient des bons et inoubliables moments, d’autres étaient triste et ou j’étais mal dans ma peau. La plupart de ces journées je me faisais souvent chier d’être qui j’étais. Avoir toujours l’impression que tu n’es jamais à ta place.

Pas mal une grande partie de ma vie j’ai vécu avec des étiquettes de petite fille gênée, renfermée, parfois on disait que j’étais sauvage, d’autre fois snob (celle-là je ne la comprend pas).  Quand on se fais répéter ça de façon régulière ont fini par y croire que ce soit vrai ou faux.

Tel une pâte de glaise j’ai été modeler selon la perception du monde. Puis il y a ce jour ou ça casse et ou il faut se reconstruire, revenir à la base. Je me rappelle une certaine journée (ma fête), je suis entrée à l’hôpital, je voulais abandonner. Assise dans la salle d’attente, l’infirmière m’appelle.

J’entre dans le bureau du psychiatre et lui de me demander de lui raconter ce qui se passe. Je ne sais pas si ça vous ai déjà arrivé mais moi ça m’a demandé du courage pour entrer dans ce bureau et me livrer. À un certain moment l’infirmière frappe et entre en disant que ma mère était dans le corridor et voulait être avec moi.

Ma surprise d’entendre ça, je ne comprends rien, ma mère n’habite pas près, ne conduit pas et ne sais pas que je suis ici. Je sors du bureau, suivant l’infirmière qui me dit votre mère est ici pour vous.

J’’ai le menton au plancher, je reste là sans rien dire un moment et puis je pleure, je pleure et puis je ris, je ris et je dis que ce n’est même pas ma mère. Oui oui une erreur de dossier. Croyez-le ou non on m’a retourné dans la salle d’attente en me disant que je passerais la prochaine.

Je sais vous vous demandez ou je m’en vais avec cette histoire, bien c’est beaucoup à partir de cette évènement qu’un changement c’est produit, que j’ai commencé ce travail sur moi. J’ai compris qui j’étais que ma nature mon tempérament c’est être introverti. Que je suis plus que des étiquettes et des diagnostiques. Je veux être un modèle pour mes enfants.  Je sais ce que j’aime, ce que je n’aime pas, ce qui me redonne de l’énergie, ce qui vide mon énergie, (psstt au cas où vous ne le saviez pas c’est une bonne partie de ce que c’est être introverti.)

Parce que ça peut être lourd à porter quand tu ne sais plus ou tu t’en va dans la vie, que tu ne sais plus qui tu es vraiment. En cette journée de la prévention du suicide, si vous où l’un de vos proches est en souffrance, allez chercher de l’aide svp.

Johanne xxx

Ressources: Centre de prévention du suicide , suicide action Montréal